Nazillon 2.0

Ton esprit étroit se complaît

Fièrement à l’abri des pixels.

Tes vieux rideaux poussiéreux

Laissent passer trop peu de lumière

Sur ta triste vie de misère.

Dans ta chambre obscure

Tu meurs.

Triste décadence.

Prisonnier de ton indifférence.

Ridicule nazillon

Range ton gazomètre !

Sors de ta chambre noire

Et regarde autour de toi.

Si tu voyais comme ce monde est beau

Sans toi.

Tu cours après ta propre vie

Pauvre type sans amitié.

Tu baises ton intelligence

Biaisée.

Adieu !

Va paître une herbe plus verte

Toi la brebis galeuse égarée

Par des Dieux trop discrets.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s