Cœur de con

Elle porte la culotte à l’envers,

Met des pantalons trop longs,

Et méprise prose et vers.

Elle crache sa haine,

Au seul qui entende,

Se souciant peu de sa peine.

Cette femme lâche et au cœur vil,

Qui confond gentillesse et faiblesse,

Rêve d’attributs virils.

Corps de femme et cœur de con,

La bêtise meurt dans l’entrejambe,

De ceux qui visent le fond.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s